Dernière référence :

Petites et grandes histoires
de mes ancêtres
(voir en détail)

LIVRES :
par ordre chronologique...

 

Septembre 2016

Petites et grandes histoires de mes ancêtres
(J2C éditions)

Un grognard de Napoléon originaire de Savoie devenu colporteur et qui s’installe à St Denis, un Limousin qui devient officier de santé dans la Marine et part à Cayenne où il explore l’Amazonie avant un retour mouvementé à cause des suites de la Révolution, un député de l’Aube qui traverse la Révolution sans sourciller, devient bonapartiste jusqu’en 1815 où il se déclare indéfectible royaliste, un gros cultivateur normand qui devient médecin pour épouser la postière de son village au nom a rallonge et de 11 ans son aînée, mais aussi un architecte choisi par Napoléon (encore) pour transformer l’église de la Madeleine en temple à sa gloire, sans oublier un peintre, élève de Delacroix qui n’a pas peint grand-chose ou un colonel qui est décoré par la reine Victoria à la bataille de Sébastopol. Tous sont mes ancêtres. De même que d’autres simples domestiques, jardiniers, journaliers ou laboureurs quittant le Nivernais pour aller labourer dans les grandes plaines du Nord de la France. Sans oublier quelques cousins célèbres comme Raoul FOLLEREAU, Michel DROIT, François CAVANNA, Claude et Jean POPEREN, les POLIGNAC, le général BOULANGER ou le violoniste Christian FERRAS. Mes ancêtres ne sont ni meilleurs ni moins bon que les vôtres. Seulement, ils sont intéressants parce que par la diversité de leurs origines géographiques (la carte ci-dessus montre les endroits où ils vécurent) et leurs histoires singulières, ils nous permettent de revisiter la grande Histoire de notre pays et des lieux qui ont parfois bien changé. Il faut dire que j’ai eu beaucoup de chance, en vingt ans de recherches, de trouver des gens et des documents qui m’ont permis de publier ce livre et de l’illustrer abondamment. Laissez-vous emporter par leurs petites et grandes histoires. Voyagez avec eux à travers la France comme je l’ai fait pour suivre leurs pas. Il ne faut pas vivre perpétuellement le regard tourné vers le passé, mais de temps en temps, imaginer la vie de ceux qui nous ont précédés et qui font ce que nous sommes, ne peut qu’être positif et aider à appréhender le présent et l’avenir.

2016 – 28 euros
© J2C Édition – 2016 – ISBN 978-2-9554871-1-2

 

Mars 2016

Morvan terminus
(J2C éditions)

“Mai 2012 dans le Morvan. Alain Darnay, un agriculteur du pays, appelle les gendarmes, car en allant voir ses génisses comme tous les matins, il découvre le long du chemin, dans l’entrée d’un de ses prés, le corps sans vie de ce qui semble être une jeune randonneuse. Il est donc le premier témoin. La police envoyée de Nevers sur les lieux, en la personne de la commissaire Cabessa, commence aussitôt son enquête. L’hypothèse d’un crime ne fait rapidement guère de doute. Très vite les déclarations de l’éleveur sèment le trouble…

2016 – 192 pages – 16 euros
© J2C Édition – 2016 – ISBN 978-2-9554871-0-5

 

Avril 2015

L'Orangerie
“Hisoire d'une ferme du Morvan”

(J2C éditions)

“ La plus belle ferme de la vallée”, c’est ainsi qu’on a toujours qualifié l’Orangerie, sur la commune de Lacroix-en-Morvan. Ancienne abbaye en déclin avant la Révolution, la ferme retrouvera son lustre à la fin du XIXe siècle, grâce à un riche paysan venu du Charollais. Mais pendant le siècle qui suivra, il va s’en passer des choses dans cette ferme. Lorsqu’en  2007, en creusant les fondations d’un bâtiment moderne, on découvre le squelette plutôt bien conservé d’un homme, les souvenirs refont surface, et le récit passé de la vie à l’Orangerie, dont le nom rime avec celui d’Octavie, une nourrice qui marqua à jamais ce lieu, nous entraine dans les méandres de l’histoire rurale contemporaine…

2014 – 305 pages – 19 euros
© J2C Édition – 2014 – ISBN 978-2-9525466-9-0

 

Octobre 2014

La petite culotte rouge
... et autres fantaisies
(J2C éditions)

Quoi ?
C’est le nouveau “Cougny”, et pas une seule vache charolaise à l’horizon, pas le moindre veau à la mamelle, pas le plus petit bout de la corne d’un vigoureux taureau ? Non.

Quoique...
En effet dans ce dixième ouvrage, l’auteur s’égare, s’égaie et nous égaie au fil de six récits dont ardeur et fantasmes amoureux sont le ressort. Le paysan-écrivain emprunte un chemin de traverse, abandonne le roman pour la nouvelle, et l’abat-foin pour les dessous de dentelle.
Humour et coquineries en tous genres, à commencer par cette “petite culotte rouge” dont le doux balancement sur le fil à linge de la voisine perturbe le travail d’un tranquille écrivain “de terroir”...

Joselyne Bernot-Perdreau

2014 – 132 pages – 12 euros
© J2C Édition – 2014 – ISBN 2-9525466-9-X

 

Mars 2014

Le champ de la lueur
“les yeux d'Irène”
(J2C éditions)

Voir arriver en Morvan un jeune couple de bretons avec deux enfants pour élever des moutons, c’est de nos jours plutôt une bonne nouvelle. Sauf qu’il s’en est passé des choses, trente ans plus tôt, dans la ferme où ils s’installent...

Alors pour le paysan voisin, un vieux gars qui vit avec sa mère, les souvenirs reviennent, le passé et le présent s’entrechoquent et les yeux de son amie d’enfance hantent ses nuits…

2014 – 192 pages – 15 euros
© J2C Édition – 2014 – ISBN 2-9525466-8-1

 

Mars 2013

La croisade de l'Albigeois (J2C éditions)

Qu’est-ce qu’un Albigeois qui sent l’ail et le soleil viendrait faire dans une petite ville en bordure du Morvan ?
Verny plus précisément, 1971. Gros bourg tranquille et prospère, sa grosse fabrique de matériel agricole, son maire Emile Chardin qui dirige aussi la dite fabrique, les fermes alentour, les bals, les mœurs qui évoluent depuis 1968, les histoires d’amour, les jalousies, les commérages, les vieilles histoires, les cachotteries, les drames, les divisions politiques, les divergences artistiques : Delon ou Belmondo ? La vie, quoi !
Avec un plus cependant : le « Bar de L’Ovalie » de la Nénette Mauffroy, cœur battant de la ville, et l’équipe de rugby, les vert et rouge. Car le rugby est la grande affaire de Verny, avec le projet diabolique de battre enfin l’équipe des riches vignerons de Tremblay, en Côte-d’Or, et de passer en troisième division nationale. Rien que ça !
Voilà pourquoi Jean-Emile Raffanel, d’Albi, 26 ans, beau garçon, buteur remarqué à Toulouse dans les lignes arrières, est engagé comme soudeur chez Chardin-Agri.
Alors, « Tremblez, gens de Tremblay ! ». Mais « Tremblez aussi, gens de Verny ! ». Car ce Raffanel n’est peut-être pas seulement celui qu’on croit...

Joselyne Bernot-Perdreau

2013 – 346 pages – 19 euros
© J2C Édition – 2013 – ISBN 2-9525466-7-3

Avec Joselyne Bernot-Perdreau qui a collaboré à l’écriture du livre et fait la quatrième de couverture

 

Mars 2011

La Parisienne (J2C éditions)

Lorsque le chemin de Louise, une parisienne un peu punk de dix-neuf ans, en vacances dans le Morvan, croise celui d’Eddy, un paysan célibataire de quarante ans, qui travaille avec ses parents, que peut-il bien se passer ? A priori rien, tant les deux mondes dans lesquels ils vivent semblent diamétralement opposés. A priori seulement, car il arrive que deux contraires s’attirent, que deux êtres que la vie ne satisfait pas et pour qui la solitude pèse, finissent par trouver de nombreuses raisons de s’entendre et en arrivent à rêver de faire un bout de chemin ensemble.
Mais c’est sans compter sur leurs familles respectives et le milieu dans lequel ils vivent, qui, recroquevillés sur des préjugés et des raisonnements d’un autre âge, feront tout pour entraver un projet pourtant bien légitime…

2011 – 272 pages – 18 euros
© J2C Édition – 2011 – ISBN 2-9525466-6-6-5

Décembre 2010

Mes années de Bois-Vert (J2C éditions)

« Je suis né à Nevers en 1957. Troisième enfant d’une famille de neuf, mon père était agriculteur sur une ferme d’une cinquantaine d’hectares, au lieu dit Bois-Vert, sur la commune de Magny-Cours, à dix kilomètres au sud du chef-lieu de la Nièvre. En 1975, nous avons du quitter Bois-Vert pour Poil en sud Morvan. Très vite j’abandonnais les études, embrassait le métier de paysan et devenait père de famille. Ma jeunesse se terminait donc en quittant ce pays de mon enfance. Cinquante ans plus tard, j’ai voulu raconter ce que fut cette période et les souvenirs qu’il m’en reste : ma famille, le travail à la ferme, l’école, les loisirs, la religion, la mort… Ce travail de mémoire n’a pas pour but d’être exhaustif. Je ne cherche pas non plus à montrer que “c’était mieux avant” ou au contraire que “ces temps-là étaient durs”. Ce récit est juste un témoignage de ce que furent mes dix-huit premières années… »
Jean-Charles Cougny

2010 – VENTE PRIVÉE : contacter l'auteur

2010

Claire de lune à Oualpay (J2C éditions)

De nos jours. Le village de Oualpay en sud Morvan somnole doucement au rythme des saisons sous le regard amusé de trois anciens qui passent leur temps à l’auberge communale « la Feuille de Vigne ». Quand soudain débarque au village, Claire, une jeune femme dont le physique est loin de laisser indifférents tous les hommes du coin.
Dans le même temps on apprend que le maire a un projet de création de décharge de produits radioactifs. Oualpay sort alors de sa léthargie et ses habitants adoptent alors des comportements étranges. La zizanie n’est pas loin…

Plus qu’un roman, cet ouvrage peut se définir comme une critique villageoise satirique. Chacun en prend pour son grade, des élus aux écolos, en passant par le gros agriculteur
la religion, le châtelain ou même l’écrivain local. Le trait est fort. C’est une caricature. Mais aucune méchanceté.


Tiré à 900 exemplaires, ce livre est sorti fin mars 2010. Les lecteurs semblent s’être beaucoup amusés. La photo de la couverture est un chef d’œuvre (je n’ai pas peur des mots!) de mon ami Yves Nivot qui a composé la couverture.
À suivre...

2010 – 186 pages – 15 euros
ISBN 9782952546652

Trois brins de paille (Réédition J2C éditions)

En 1976, en sud-Morvan, pendant la grande sécheresse, un paysan est retrouvé mort, baignant dans son sang. Pas d’arme du crime, mais il semble avoir été tué par une balle de 22 long-rifle. Le commissaire Le Borjec et son assistant Tony Laventure se rendent sur les lieux pour enquêter. De ragots en rumeurs, ils en apprennent énormément sur la victime, mais aussi sur ses relations tendues avec son entourage. Visiblement, beaucoup de gens lui voulaient du mal…

A travers une petite enquête policière, j’ai voulu refaire vivre le sud Morvan de mes 19 ans, année de mon entrée dans le métier de paysan. Au son des chansons de l’époque, on se retrouve immergé dans cette période où après mai 68, les idées révolutionnaires étaient arrivées jusqu’au fond des campagnes, transformant parfois les élections municipales en guerre de tranchées…

Edité par L’Ecir en 2008 à 1800 exemplaires, ce livre connaitra un beau succès malgré une promo délicate due à un manque de disponibilité de livre pour l’auteur.
En 2010, L’Ecir ne voulant pas le rééditer, l’auteur réédite 300 exemplaires avec une nouvelle couverture beaucoup plus en adéquation avec l'ambiance du roman !

© 2008 – 230 pages – 18 euros – Réédition 2010, J2C éditions – 18 euros
(voir la première édition ici)
ISBN 2-9525466-5-7

2009

Le Destin de Jeanne (Réédition J2C éditions)

De 1860 à nos jours dans le centre de la Nièvre, l’histoire de Jeanne, simple domestique, amoureuse de Charles, le fils du maire du village. Naturellement pas d’union possible entre le fils d’un notable et une servante. Il lui fera deux filles en même temps qu’il épousera une petite
propriétaire, laquelle lui donnera de nombreux enfants.
Heureusement Jeanne, avec ses deux enfants naturelles trouvera un petit cordonnier qui voudra bien l’épouser et reconnaitre ses filles pour les marier…

En fait ce roman est l’histoire de l’ancêtre de l’auteur racontée dans son premier roman « Jeanne aimait Charles » (voir page d’accueil). Ce récit à été retravaillé, une énigme a été rajoutée, des noms changés pour en faire un vrai roman et le présenter au prix du roman de Bourgogne organisé par les éditions De Borée. Ce livre n’a pas gagné ce concours mais sera édité en 2007 par L’Ecir, filiale de De Borée (Editeur de Clermont-Ferrand spécialisé dans le terroir).

Tiré à 2000 exemplaires, ce livre sortira aussi pour 500 exemplaires au Grand Livre du Mois (Club Express). La photo de couverture est de Jean-Luc Petit et représente une cadole (cabane de vignes) de la région chalonnaise. Très beau cliché, mais sans rapport avec le lieu de l’histoire, c’est ce qu’on appelle un choix d’éditeur.

En 2009, L’Ecir ne voulant pas le rééditer, l’auteur l’a fait à 200 exemplaires avec la couverture de « Jeanne aimait Charles » inversée et le titre « Le destin de Jeanne ». Sur cette couverture on voit le père de l’auteur juché sur une remorque recevant une gerbe d’avoine tendue par son père à Magny-Cours après la guerre de 39-45. Cette photo a été prise par Jean Cougny, cousin germain du grand-père de l’auteur.
Cet réédition a été faite à chez Jouve.
Finalement, en comptant « Jeanne aimait Charles », cette histoire a été vendue à plus de 3000 exemplaires.

2009 – 224 pages – Réédition J2C éditions – 18 euros – (voir la première édition ici)
ISBN: 9782952546638

2009

Un retour de trop en Morvan (J2C éditions)

Avril 2016. dix ans après son départ à l’autre bout du monde, Isaac revient en Morvan régler les affaires de son père Simon, écrivain décédé au début de l’année, accompagné par Angélina, une sublime brésilienne francophone. Le pays a beaucoup changé, les crises financières, le dérèglement climatique et la rareté de l’énergie semblent avoir plongé le vieux massif dans un profond sommeil. Mais très vite le passé resurgit et la belle sud-américaine pose beaucoup de questions et ne se satisfait nullement des réponses évasives de son compagnon…


Drame psychologique où je pose moi aussi beaucoup de questions sur la relation pèrefils, l’attachement au Morvan, la place des Hollandais dans ce pays, mais surtout l’effet destructeur de l’évocation du passé sur la solidité d’un couple. Tout en réfléchissant sur l’avenir de notre région. Pour la première fois, j’ai voulu sortir du milieu agricole proprement dit. Ce n’est pas un roman de terroir.

Tiré à 500 exemplaires (400 +100), ce cinquième roman est le premier sorti avec le sigle
J2C éditions. La photo de couverture et sa conception sont de mon ami Yves Nivot, infographiste à Millay. C’est un ouvrage que j’avais écrit pour le présenter aux éditeurs parisiens et élargir mon lectorat. Ils ne l’on pas pris. Ce livre a parfois par son caractère sombre et sa conception sous forme de deux récits parallèles pu rebuter certains de mes lecteurs habituels, mais c’est finalement bien vendu. Il peut aussi avoir heurté certains défenseurs du Morvan, bien que je l’aie conçu davantage comme un cri d’alerte que comme une vision de ce que celui-ci sera à l’avenir.


2009 – 216 pages – 16 euros
ISBN 9782952546621

2008

Trois brins de paille (éditions L’Ecir)

En 1976, en sud-Morvan, pendant la grande sécheresse, un paysan est retrouvé mort, baignant dans son sang. Pas d’arme du crime, mais il semble avoir été tué par une balle de 22 long-rifle. Le commissaire Le Borjec et son assistant Tony Laventure se rendent sur les lieux pour enquêter. De ragots en rumeurs, ils en apprennent énormément sur la victime, mais aussi sur ses relations tendues avec son entourage. Visiblement, beaucoup de gens lui voulaient du mal…

A travers une petite enquête policière, j’ai voulu refaire vivre le sud Morvan de mes 19 ans, année de mon entrée dans le métier de paysan. Au son des chansons de l’époque, on se retrouve immergé dans cette période où après mai 68, les idées révolutionnaires étaient arrivées jusqu’au fond des campagnes, transformant parfois les élections municipales en guerre de tranchées…

Edité par L’Ecir à 1800 exemplaires, ce livre connaitra un beau succès malgré une promo délicate due à un manque de disponibilité de livre pour l’auteur.
La photo de couverture est signée Florence Lager-Barruel. Il est dommage qu’on y voit
des balles rondes qui n’existaient pas en 1976 (choix d’édition).

2008 – 252 pages – 18 euros – Épuisé dans cette édition, mais ré-édité en 2010 (voir ici)

2007

Le Destin de Jeanne (éditions L’Ecir)

De 1860 à nos jours dans le centre de la Nièvre, l’histoire de Jeanne, simple domestique, amoureuse de Charles, le fils du maire du village. Naturellement pas d’union possible entre le fils d’un notable et une servante. Il lui fera deux filles en même temps qu’il épousera une petite
propriétaire, laquelle lui donnera de nombreux enfants.
Heureusement Jeanne, avec ses deux enfants naturelles trouvera un petit cordonnier qui voudra bien l’épouser et reconnaitre ses filles pour les marier…

En fait ce roman est l’histoire de l’ancêtre de l’auteur racontée dans son premier roman « Jeanne aimait Charles » (voir page d’accueil). Ce récit à été retravaillé, une énigme a été rajoutée, des noms changés pour en faire un vrai roman et le présenter au prix du roman de Bourgogne organisé par les éditions De Borée. Ce livre n’a pas gagné ce concours mais sera édité en 2007 par L’Ecir, filiale de De Borée (Editeur de Clermont-Ferrand spécialisé dans le terroir).

Tiré à 2000 exemplaires, ce livre sortira aussi pour 500 exemplaires au Grand Livre du Mois (Club Express). La photo de couverture est de Jean-Luc Petit et représente une cadole (cabane de vignes) de la région chalonnaise. Très beau cliché, mais sans rapport avec le lieu de l’histoire, c’est ce qu’on appelle un choix d’éditeur.

2007 – 224 pages – 17,50 euros – Épuisé dans cette édition, mais ré-édité en 2009 (voir ici)
ISBN 978-2-915521-21-4

Septembre 2006

Voyage au pays des mille veuves

Un paysan se retrouve seul à la suite du décès accidentel de sa femme et de ses enfants. On lui conseil de quitter la région, de changer de vie pour fuir le passé. Faire son deuil.
Un soir en regardant les infos télévisées, il apprend que dans le sud-ouest de la France, dans une petite région, la grippe du canard a tuer tous les hommes. C’est pourquoi les journaliste ont baptisé ce coin « pays des 1000 veuves ». Il correspond alors avec une veuve de là-bas et part avec ses vaches pour refaire sa vie. Mais rien ne se passe comme prévu…
A l’époque où l’on nous prédisait des milliers de morts avec la grippe aviaire, j’ai voulu laisser libre cours à mon imagination et à mes fantasmes pour cette quête de la femme idéale.
J2C

Tiré à 400 exemplaires et vendu à 250, ce livre est un relatif échec. Sa couverture comme la mise en page ont été faits en collaboration avec Mary Dublé. Comme, il s’agissait d’une fiction, nous avons voulu traiter pour faire la couverture, une photo d’une ferme (prise par l’auteur en Aveyron) traitée avec « Photoshop » et des couleurs volontairement choquante. Les lecteurs n’ont pas apprécié.
Ce livre participa au Grand Prix littéraire du Morvan 2008... mais il avait l’inconvénient de se situer hors Morvan.
Vendu 16 Euros, on le trouve désormais à 12 euros.
Imprimé chez Jouve.

Septembre 2006 – 162 pages – 12 euros – ISBN 2-9525466-1-4
Code barre : 9782952546614

2005

Adieu la Rivière !

C’est l’histoire de Marco, un paysan qui élève des vaches charolaises avec sa femme Hélène et son fils Damien. Ce dernier est sur le point de s’installer en reprenant la petite ferme voisine.
Sauf qu’au dernier moment, celle-ci est accaparée par la grosse exploitation voisine. Du coup, Damien quitte la ferme pour reprendre son travail à la ville. Marco se retrouve seul avec sa femme sur l’exploitation. C’est le début d’un longue descente aux enfers…
A travers cette histoire, j’ai voulu montrer la conséquences catastrophiques des comportements individuels égoïstes dans le monde agricole qui ont remplacé la solidarité traditionnelle du monde paysan...


La mise en page de ce livre a été effectué par une amie de l’Yonne, Mary Dublé.
La photo de couverture a été prise par l’auteur. Il s’agit de la rivière le Ternin à la sortie de Lucenay-l’Evêque (71).

Tiré à 700 exemplaires, imprimé chez JOUVE(11Bd Sébastopol à Paris
75001), le livre a dépasser les 550 ventes. Encore disponible,
Son prix initial était de 20 euros. Il se vent désormais 15 euros.

2005-210 pages– 15 euros – ISBN: 2-9525466-0-6
Code barre : 9782952546607